Manuscrits
 Livre d' heures Morgan
 Missel de J. Des Martins
 Livre d' heures Huntington
 Livre d'heures de Namur
 Heures du M. de Boucicaut

  Panneaux
 Retable Requin
 Retable Cadard
 Pietà de Villeneuve
 Couronn. de la vierge
 Retable d' Altenburg

  Vitraux
 Quarton maître verrier

  Actualités
 Recherches récentes
 Attributions récentes
 Copies d'originaux perdus

  Suiveurs
 Heures Lescalopier
 Heures Masson

  Biographie
 Formation
 Influences
 Rayonnement

  Bonus
 Papiers-peints
 Économiseurs d' écran
 Thèmes
 

Livre d' heures du Maréchal de Boucicaut
Musée Jacquemart-André, Paris
ms 2


Folio 241

Folio 242

Il ne s'agit pas ici de traiter du manuscrit dans son ensemble, qui a été enluminé au début du XVème siècle,mais seulement de deux grandes miniatures ajoutées en Provence ultérieurement (ci-dessus), probablement vers 1470-1480 selon la thèse de François Avril. Celles-ci ont été réalisées pour Jean Le Meingre III dit Boucicaut connu comme amateur d'art. Il s'installe à Avignon en 1477.



La première de ces miniatures (ci-dessus, à gauche) représente dans la position du donateur Jean Le Meingre, (bien identifié par ses armoiries présentes sur le coté du prie-dieu) assistant à "la messe miraculeuse de saint Grégoire".

Les similitudes avec les deux élévations du missel de Jean Des Martins peintes en 1466 sont évidentes.
On y retrouve également les mêmes nuages mordorés que dans le livre d'heures Morgan et dans le missel Des Martins, les plis cassés au sol du vêtement de Le Meingre.

Le portrait de Jean III Le Meingre semble très individualisé, réalisé d'après le modèle vivant. C'est le cas également pour le visage de saint Grégoire. Il pourrait s'agir de Le Vitre ou de Pierre Velhon, deux ecclésiastiques proches du commanditaire.

Le motif du christ de pitié de l'autel entre Marie et Saint Jean est repris intégralement du couronnement de la vierge (voir ci-contre). Sterling trouve cependant les visages de ces personnages éloigné du style de Quarton.
La présence de Marie et de Jean autour d'un christ de pitié est un motif très rare dans les représentations de la messe de saint Grégoire. La disposition des symboles de la passion le sont aussi dans leur disposition (par exemple les 30 deniers de Judas représentés comme un rayon de miel). La croix que l'on distingue derrière le christ ainsi que les nimbes cruciformes sont très proches des mêmes éléments représentés dans le calvaire Des Martins (cela est difficile à distinguer sur ces reproductions... mais faisons confiance aux spécialistes sur ces points).

La seconde illustre la "Sainte plaie du christ avec les symboles de la passion". Pour Sterling, elle est d'une qualité inférieure, certainement l'oeuvre d'un collaborateur.

Elle n'en reste cependant pas moins impressionante, à l'image de cette tête coupée et crachante et de cette "plaie-bouche" qui, il est vrai, s'écartent du répertoire quartonien.

Ce motif oblong assure la stabilité de la composition, en contrepoint des nombreuses verticales qui émaillent la miniature. Le bleu profond dans lequel baigne la représentation est très similaire à celui du ciel du Couronnement de la Vierge.

On retrouve également des éléments typique d'Enguerrand Quarton, comme l'inscription au bout d'un bâton en haut de la croix, ou les 5 clous plantés au croisement des traverses : c'est exactement la me^me croix que dans le missel de Jean Des Martins.


Heures de boucicaut f.242 détail

Missel de Jean Des Martins Calvaire détail

Tous ces éléments nous amènent à penser que Boucicaut devait avoir une dévotion particulière pour la Passion.

La thèse de Charles Sterling (dans son livre de 1983 sur Enguerrand Quarton) était que l'auteur de ces miniatures est Pierre Villate, avec qui l'on sait que quarton a travaillé sur le retable Cadard. Aujourd'hui, on penche pour une réalisation de Quarton lui-même (voir dans la bibliographie l'article récent consacré au manuscrit de Namur paru dans la Revue de l'Art).

Dominique Thiébaut émet l'hypothèse que ces deux miniatures seraient une oeuvre précoce de Quarton, vers 1450, avec un ajout du personnage du donateur vers 1480/1490 par Pierre Vilatte.

Le copyright de la totalité des reproductions des oeuvres d' Enguerrand Quarton présentes sur ce site appartient aux musées, bibliothèques et institutions qui en ont la charge.

© Virginie Clève - Novembre 2002 (V3) - Site ouvert depuis le 1er octobre 2000
Voir les autres sites réalisés