Manuscrits
 Livre d' Heures Morgan
 Missel de J. Des Martins
 Livre d' Heures Huntington
 Livre d'heures de Namur
 Heures du M. de Boucicaut

  Panneaux
 Retable Requin
 Retable Cadard
 Pietà de Villeneuve
 Couronn. de la vierge
 Retable d' Altenburg

  Vitraux
 Quarton maître verrier

  Actualités
 Recherches récentes
 Attributions récentes
 Copies d'originaux perdus

  Suiveurs
 Heures Lescalopier
 Heures Masson

  Biographie
 Formation
 Influences
 Rayonnement

  Bonus
 Papiers-peints
 Économiseurs d' écran
 Thèmes
 

Livre d' Heures Huntington
Huntington Gallery, San Marino (Californie), h.m 1129
Vers 1450

Il y a un peu moins de 20 ans, un article de Nicole Reynaud paru dans la Revue de l' Art, a ajouté un 3ème manuscrit à la liste des manuscrits à peinture réalisés par Enguerrand Quarton (Vous en trouverez les références dans la section bibliographie).

Il s' agit d' un petit livre d' Heures à l' usage de Paris composé pour une femme à l' origine bourgeoise, qui est représentée en donatrice dans le feuillet ci-dessous. Les 4 premières pages comportant des miniatures sont manquantes (sur 13 à l' origine).

Il appartient à une série de productions beaucoup plus ordinaires que le livre d' Heures Morgan, et, à fortiori que le missel Des Martins. Les peintures sont, de fait, beaucoup moins soignées que dans ces deux manuscrits.


Fuite en Égypte, folio 72

Vierge à l' enfant, folio 138

Cela n' empêche néanmoins pas de nombreux rapprochements possibles entre ces différentes oeuvres.
Certains éléments permettent d' identifier l' auteur de ce manuscrit à Enguerrand Quarton : le vêtement rouge à bavoir carré du Christ dans la représentation ci contre (qui est un motif très original) se retrouve trait pour trait dans le retable Requin.

Il ne semble pas possible à Nicole Reynaud d' attribuer ce manuscrit à un collaborateur de Quarton du fait du remarquable modelé de la donatrice de ce même feuillet.

Il ressemble trait pour trait dans la position et dans le modelé à la Jeanne Cadard du retable de Chantilly.

Ce qui a permis l' identification à Quarton, ce sont tout d' abord les couleurs, qui sont proches de celles que l' on peut trouver dans ses peintures sur panneau, mais surtout dans ses autres manuscrits à peinture : le bleu clair, le vert vif, le rose (que l' on retrouve dans l' église ou se tient la messe de Saint Grégoire dans le couronnement de la Vierge.

On retrouve aussi le sol jaune paille et les à-plats de blanc pur chers à Quarton. Pour Nicole Reynaud, ce qui permet le mieux d' identifier ce manuscrit à Quarton, ce sont les rapprochements osés de couleurs qui s' opposent, tels que le vermillon et le rose (voir ci-contre).

On retrouve les mêmes couleurs dans les bordures marginales, faisant ainsi écho aux oppositions de couleurs dans les miniatures elle-mêmes.
Cette manière de construire les volumes sur des oppositions de couleurs est une caractéristique très présente dans l' oeuvre peint d' Enguerrand Quarton.


Adoration des mages, folio 62


Crucifixion, folio 81
Il y a peu de réhauts de noir, parfois sous la forme de hachures pour modeler les ombres ou encore sous forme d' une longue ligne foncée (Christ de la crucifixion ci-contre).

Si l' on regarde de près les drapés et leur chute à angle droit, ils sont très différents de ce que l' on trouve chez les flamands. On retrouve ce même type de drapés dans la page de la crucifixion du canon de la messe du missel des Martins d' Aix.

On retrouve aussi le motif du nimbe entièrement doré à la feuille et souligné d' une ombre noire continue à droite ainsi que des traits continus le long d' un personnage, du coté opposé à la source de lumière : c' est un procédé Quartonien (voir ci-contre.

On pense que ce manuscrit a été réalisé peu après l' arrivée de Quarton en Provence. En témoignent des éléments purement provençaux tels que le titulus au dessus de la croix accroché au bout d' un bâton dans la crucifixion.

Mais l' argument majeur en faveur d' une réalisation en Provence, c 'est l' auteur des décorations marginales : c' est le même que celui qui a décoré le bas des pages des premières miniatures de la Théséïde de Vienne, peintes par le maître du roi René. Il est fort probable, malgré les objections d' Albert Châtelet, que ce manuscrit soit le second exemple de collaboration entre Enguerrand Quarton et Barthélémy d' Eyck connu à ce jour.

Le copyright de la totalité des reproductions des oeuvres d' Enguerrand Quarton présentes sur ce site appartient aux musées, bibliothèques et institutions qui en ont la charge.

© Virginie Clève - Novembre 2002 (V3) - Site ouvert depuis le 1er octobre 2000
Voir les autres sites réalisés